Accueil Date de création : 04/07/07 Dernière mise à jour : 20/01/14 11:03 / 278 articles publiés

Va bosser fainéant  (Mauvaises fois) posté le lundi 19 décembre 2011 17:16

Blog de dommage :DOMMAGE !, Va bosser fainéant

 

J'entends souvent des belles personnes parfumées en costume nous dire qu'il faut "remettre la France au travail". Ils ajoutent en général que nous sommes des nantis qui s'ignorent, qu'on travaille moins que les autres, qu'on râle tout le temps, et qu'on vole l'Etat en fraudant la sécu, et l'assedic en profitant des arrêts maladie, du chômage et qu'il serait temps d'arrêter les 35 heures.

J'ai moi même dans mon entourage quelques beaux specimens de ramiers à qui il serait temps de mettre un coup du pied quelque part histoire que ça bosse ! Nom de Zeus !  Heureusement d'ailleurs que de nos jours, quelques enseignes à l'esprit humanitaire ont pris des initiatives salutaires pour remédier à cette paresse insupportable. Dans ce domaine, la grande distribution mérite tout notre respect. Ces gens là ont compris avant tout le monde qu'il était temps de travailler plus (l'employé) pour gagner plus (le patron). Ils ont tout d'abord le souci de la formation. En effet, il n'est pas rare que leur générosité les pousse à accueillir les stagiaires plus longtemps que prévu ! Et ce gratuitement !! Quel bénéfice en effet pour un étudiant que de pouvoir passer deux jours sur un stage prévu pour durer 6 heures à apprendre, à ... à prendre une boite de conserve et la déposer en rayon, en haut, en bas, au milieu, devant, derrière, puis une autre, une autre, et encore une autre, jusqu'au plafond. C'est un réel amoncellement de compétences, un enchevêtrement de serpillères et de seaux, de balais, et de brosses. L'étudiant se frotte et se re-frotte au sol, au plafond et au mur ... de l'apprentissage, et rentre chez lui plein des ampoules de la connaissance. Et de la reconnaissance espérons le au moins !

Mais ces mêmes enseignes ont aussi le souci de l'emploi. Elles savent proposer du travail aux gens !  Même si ces ingrats ont le culot de s'en plaindre. Récemment, devant l'offre incroyable qui lui était faite, un ami chômeur ne s'est pas fait prier, il a pris le job !! Incroyable, dans ce poste prévu pour 37 heures, Dealer Price l'autorisait à venir 48 heures, six jours par semaine et l'indiquait même sur son planning, sur un post-it. Et pour le même prix (1100 Euros par mois) la brave enseigne ne l'obligeait pas à pointer .... bon il n'y avait pas de pointeuse en fait  !! Et il avait le choix !... de ne pas prendre le job et d'en faire profiter un autre chômeur. Pour être sûr il est allé vérifier chez Entermarché. Croyez-le ou non ces gens là étaient encore plus généreux. Pour 37 Heures prévues ils lui proposaient 70 heures de travail ! Et tenez-vous bien, il avait le droit de venir tous les jours !! Arrivé à 4h, pause d'une demi-heure et départ à 20h (le reste du temps il faisait ce qu'il voulait). Et là pareil !! Il avait le choix ... de ne pas prendre le poste. C'est ce qu'ils lui ont dit ! "Vous n'êtes pas obligés, si vous refusez, nous en ferons profiter quelqu'un d'autre".

Mais oui ! Quelle générosité. Entermarché est prêt à offrir ses emplois à qui les veut. Quand je pense que certains mauvais esprits vont appeler ça du servage moderne ! Ils n'ont rien compris. Ou alors ce serait Dealer Price et Entermarché qui profiteraient de la crise ? ... d'une main d'oeuvre inépuisable, prête à tout pour sauver ses fesses et lutter contre la misère ?? Ils en profiteraient pour les exploiter sept jours par semaine et les payer une misère ? Non, ce serait horrible !! Et pour tout dire, je n'y crois pas une seconde.

J'en veux pour preuve que les entreprises sont si bien intentionnées qu'elles pensent aussi au développement des performances de leurs collaborateurs. Tiens, prenez Micheline, 58 ans. Elle fait le ménage dans une cité. 5 jours, 20 entrées, 20 containers. Et bien son généreux employeur a eu récemment la bonne idée de lui offrir une formation a de nouvelles techniques, et un chariot tout neuf !! Résultat, elle va désormais pouvoir nettoyer 40 entrées et sortir 40 containers par semaine !  Elle va doubler ses performances !! Si c'est pas une preuve ça ...

Dom

lien permanent

La première fois  (C'est plus possible !!) posté le mardi 01 novembre 2011 12:21

Blog de dommage :DOMMAGE !, La première fois

La première fois que j'ai écouté de la musique, elle sortait d'un sillon, faisait Zim quand elle roulait, me disait d'aller siffler sur une colline, de ne pas m'inquiéter, Zorro est arrivé, ou encore que le travail c'est la santé.

La première fois que j'ai téléphoné à ma grand mère, elle avait le numéro 1. Le téléphone était gris et n'avait pas de cadran. Une dame était au bout de la ligne, elle atendait que je lui donne le numéro. C'était le 1, je l'ai déjà dit. Moi, j'avais le 39.

La première fois que j'ai regardé la télé, il fallait se tenir loin de l'écran. Il neigeait souvent, et entre deux averses de flocons, un petit train passait en noir et gris chargé d'un rébus, pour nous faire patienter. Bonne nuit les petits !

La première fois que j'ai pris l'avion, c'était un événement extraordinaire, un bel avion blanc avec une rayure bleue ciel dans lequel on rentrait par l'arrière.

La première fois que je suis "montée" à Paris, c'était loin, c'était long, c'était grand, c'était un autre monde.

La première fois que j'ai pianoté sur un ordinateur, il était relié à la TV. Après avoir recopié un texte long comme le bras, rempli de caractères bizarres et inquiétants, l'écran s'est mis à clignoter "bonjour Mémé".

La première fois que j'ai passé un fax, c'était un telex... Une fois le texte tapé, on imprimait une bandelette perforée et l'on passait ce ruban à trous dans un lecteur qui envoyait le message. Pure magie !

La première fois que j'ai conduit, les vitesses étaient au tableau de bord, le pied au plancher, et les cheveux au vent. A fond dans les virages, une 2CV ne sort jamais de la route, ou presque.

La première fois que j'ai cherché du boulot, j'ai fini par en trouver.

Une première fois par ci, une première fois par là. Des tas et des tas de premières fois, gravées dans ma mémoire, dès l'instant où l'on y repense pour la première fois.

Mais à chaque fois, le sentiment que le monde avance, qu'il progresse, qu'on a la vie devant soi pour le découvrir, et qu'on grandit tous ensemble. Du progrès, du progrès et encore du progrès.
Des avions supersoniques, de la musique numérique, des trains à grande vitesse des voitures électroniques, des numéros à dix chiffrres, des téléphones mobiles pour parler depuis l'avion, des abonnements aériens, avec pass illimité, pour aller où ? rencontrer qui ? et faire avancer quoi ? Le monde y croyait, et nous avec, il devait bien y avoir un sens, une raison... 

Et puis boum, la crise. La putain de crise ... Le progès ne progresse plus, l'argent n'est plus l'argent et l'avenir plus l'avenir...

Tout ça pour ça ? Mais pourquoi faire ? J'avoue que je me le demande. Et ça, c'est pas la première fois
!

Dom

lien permanent

l'Economie pour les moules  (C'est plus possible !!) posté le vendredi 02 septembre 2011 11:41

Blog de dommage :DOMMAGE !, l'Economie pour les moules


Attention, ceci est un cas d'école et quiconque se reconnaitrait aurait probablement raison.

Prenons un village d'environ 5000 habitants. Par exemple, et au hasard Calvisson dans le Gard, qui serait un village tentant (désespérément) de maintenir une vie commerçante, une activité en son sein, avec des habitants qui veulent des commerces de proximité ... en tous cas pour une bonne partie d'entre eux. En gros, et pour utiliser un terme que l'on entend peu en ce moment, un "marché".

Voilà qu'un poissonnier décide d'y ouvrir un commerce ! (quel scandale...) Bonne idée, quel ville de 5000 habitants n'a pas sa poissonnerie de nos jours ? Je vous le demande. Alors quelle ville ? Donc ce poissonnier fait sa petite étude, s'aperçoit que les clients seront là, et va voir ..... va voir qui ? LA BANQUE (bravo, il y en a au moins 3 qui suivent). Là encore, par discrétion de notre part, et afin que celle-ci ne se reconnaisse pas, nous tairons le fait qu'il s'agit du Crédit Agricole de Calvisson. Ah ben mince, trop tard, j'ai dit le nom. Désolée.

Bref la banque lui accorde son crédit et c'est le début de l'aventure ! Youpi !! Poisson pour tout le monde ! Une dynamique se crée dans la Grand-rue ! Une boucherie, une librairie, une boulangerie et une poissonnerie ouvrent le Dimanche, sortent dans la rue, mettent des tables, attirent le client, et le passant. Huitres et vin blanc, pain et romans noirs, Calvisson vit, les touristes sourient et reviendront l'an prochain promis. Le chiffre d'affaires suit le baromètre dans son ascension vers les hautes pressions estivales, dépassant même les prévisions. Mais de quoi se plaint-on ? De quoi ont besoin les PME pour continuer leur vie qui s'annonce florissante ? De temps ... et de ... j'ose à peine dire le mot... de tré-so-re-rie (voilà je l'ai dit).

Bref, n'importe quoi !! Et il était temps qu'une bonne âme mette un terme à cette "cour des miracles". Heureusement, la pauvre Banque qui, je le rappelle n'est autre que le Crédit Agricole (oh zut désolée j'ai redit Crédit Agricole) elle aussi a besoin de trésorerie et ne peut pas se permettre de prendre le risque de patienter pour récupérer quelques centaines d'euros. Je rappelle en effet que la situation du Crédit Agricole (et de nos banques Françaises en général) est plus que préoccupante, précaire puisque les bénéfices annoncés au premier semestre 2011 n'excéderont pas pour eux les 2,5 milliards d'euros. Les pauvres ! Donc voilà, ils ne peuvent plus suivre et sont obligés de lâcher la gourmande PME. Soyons réalistes, le poissonnier n'était ni plus ni moins que sur le point de mettre en péril la survie du Crédit Agricole, et peut être même de la totalité du CAC 40. Il fallait que quelqu'un l'arrête.

Bravo au Crédit Agricole d'avoir eu ce courage. Ils ont réussi à combattre ce dangereux individu qui prétendait fournir du poisson aux Calvissonnais (quel culot entre nous). L'agonie fut lente et pénible car le bougre résistait. Heureusement la banque ne s'en laissait pas compter, maintenant la tête sous l'eau du dangereux criminel afin qu'il soit enfin contraint de cesser sa coupable activité. En effet, au chiffre d'affaire prometteur le banquier répliquait du tac au tac par des frais du même montant.

A l'heure des comptes il manque au poissonnier l'équivalent des frais prélevés par la banque pour poursuivre l'aventure. Je vous passe les détails pour arriver au dénouement. Résultat final, victoire de la banque, qui élimine la poisonnerie après prolongations.

Du coup ne vous inquiétez pas pour vos assurances vies, vos livrets A et autres comptes courants, le Crédit Agricole, qui est passé tout près de la catastrophe, est finalement sauvé, et pourra certainement conserver son triple A (qui a dit triples Andouilles ?).

Bon sang qu'est-ce qu'on a eu chaud cet été....

Dom.

 

lien permanent

Ils sont pitoyables !  (C'est plus possible !!) posté le samedi 26 mars 2011 16:22

Blog de dommage :DOMMAGE !, Ils sont pitoyables !

 

Dans les années 80, et 90, quand un journaliste interviewait Jean-Marie Le Pen, très rapidement, j'avais envie de « gifler » Le Pen (disons-le tout de suite,  je n'aurais jamais osé faire ça, il me faisait beaucoup trop peur).  D'ailleurs un jour je m'étais retrouvée par hasard dans un café à voir débouler, suite à je ne sais quelle manifestation, toute une cohorte de fachos et de nazillons en costume cravate avec des badges FN  et les conversations que j'entendais vaguement depuis leurs tables me donnèrent des frissons, et provoquèrent chez moi un tel effroi que je quittai bien vite l'établissement en proie à des crampes d'estomac, des gargouillis gastriques, autant de signes annonciateurs d'une diarrhée retentissante...
Aujourd'hui, quand un journaliste interroge Marine Le Pen, c'est le journaliste que j'ai envie de gifler ! Cherchez l'erreur !..
Non pas que j'aie viré de bord, car je pense que le FN au pouvoir, ce serait un drame : le racisme, l'antisémitisme, l'anti-islamisme, la préférence nationale, tout ça, c'est pas mon truc, et je ne vous parle même pas de l'homophobie, ou de la peine de mort, évidemment.  Non, le problème, c'est cet autisme, cette arrogance, cette morgue, l' agressivité de ces « larbins » du pouvoir que sont devenus ces journalistes dictateurs de la pensée, ces donneurs de leçons de morale, ces « fondamentalistes » du libéralisme et du système en place, que j'ai envie d'entarter, de claquer, et d'envoyer au piquet, en mode « qu'ils s'en aillent tous ». Dans cette série là, l'interview pitoyable qu'ils ont mise en scène de cette dernière au « Grand journal » de Canal Plus il y a quelques jours est à citer en exemple. Tout simplement un scandale ! Et c'est à chaque fois pareil, dès lors que ces beaux penseurs invitent un politique qui n'est ni UMP, ni PS, ni Ecolo... A chaque invité la stratégie adaptée d'ailleurs :
Le Pen :  attaque en escadrille sur le thème : les conneries proférées par son père sur la seconde guerre mondiale, etc.... 
Voir ici.
Mélenchon :  tentatives  ironiques de ridiculisation sur les thèmes habituels : Cuba, Chavez, la Chine, le Tibet, etc .... (
c'est  par là) . Il est vrai qu'en général, c'est eux même qui finissent ridiculisés, et c'est tant mieux.
Quant à Nicolas Dupont-Aignan, c'est encore plus simple, il n'est même pas invité ... Il ne fait pas assez d'intentions de votes dans les sondages.  

Au mieux, cette attitude est contre productive. Le plus vous diaboliserez, le plus vous tenterez d'ostraciser, le plus vous ferez monter la mayonnaise.
Au pire, vous allez convaincre une fois de plus, ce seront encore les mêmes qui nous gouverneront quelques temps, et puis un jour, ça va péter. C'est aussi simple que ça.

Un autre que l'UMP, voire le PS au pouvoir et ce serait l'enfer ? C'est ça le message ? Mais c'est déjà l'enfer, pauvres cons ! Parce que la financiarisation de l'économie, le capitalisme au pouvoir, c'est déjà un drame, mis en route par leurs potes depuis des années. Et au quotidien ! L'industrie est en train de mourir, l'agriculture est en train de crever, le commerce est en train passer l'arme à gauche, les PME sont en train d'agoniser, le service public est en train de calancher, la sécurité est en fin de vie, l'emploi ne respire plus, la classe moyenne est en train d'expirer, etc. ... J'arrête, j'ai plus de synonymes !  Electricité, gaz, essence, tout augmente et sans raison valable. Qui paye ? les cons ! Farine, lait, matières premières agricoles, tout augmente, alors que leurs producteurs ne cessent de s'appauvrir, cherchez encore l'erreur ! Pendant ce temps, nous avons un Président qui vit comme un Nabab aux frais de l'Etat (voir ici), un premier ministre qui part dans la Sarthe en week-end en Falcon, des députés qui repoussent sans cesse le moment de réformer leurs propres retraites et une oligarchie au pouvoir qui livre les finances de l'Etat à des groupes privés (Santé, vieillesse, épargne, sécurité, transports, courrier, etc.) de la main gauche, en nous culpabilisant sur le manque d'argent de la main droite.  La grande distribution, les assureurs, les banques, les grands groupes prospèrent, et les pauvres gens se désespèrent. Voilà ce qu'est la réalité...  Alors plutôt que d'empêcher le diable d'entrer dans la maison, il serait temps de faire sortir celui qui fume le cigare dans le salon, non ?

Tout ça pour dire que les Denisot, Elkkabach, Apathie, Pujadas, Duhamel, Massenet, Demorand et compagnie, vous provoquez chez moi comme un malaise, une sorte de nausée avec reflux gastro-oesophagien. La soupe à laquelle vous tenez tant doit être drôlement bonne, mais voyez-vous, moi, elle me fait gerber.

Dom.

 

lien permanent

Tu connais pas ta chance JR !  (Merci patron) posté le jeudi 18 novembre 2010 19:04

Blog de dommage :DOMMAGE !, Tu connais pas ta chance JR !

Je voudrais pousser ici un coup de gueule !

Moi, sympa, altruiste, limite caritative dans mes intentions,  j'ai tenté aujourd'hui d'attirer l'attention de Jean Romuald Dugommier sur l'importance de pratiquer les langues étrangères pour les collaborateurs de la société dans laquelle il officie ! Admirable, non ? C'est vrai ça, j'aurais pu ne pas ne pas m'en soucier, les laisser à leur indécrottable incompétence en la matière, les ignorer face à leurs vaines et pitoyables tentatives d'exprimer correctement trois mots du vocabulaire de la langue de Shakespeare devant des ex futurs clients Britanniques,  médusés,  incrédules et moqueurs !
Bref, j'aurais fort bien pu les abandonner à leur triste sort, perdus et perclus d'ignorance crasse au fin fond de leur Cantal (Amis Auvergnats, attendez avant de sortir le calibre 12, la fin de mon récit, merci). Hé bien non, au lieu de mon indifférence, Les établissements OmniTransferts, société parfaitement anonyme des hauts plateaux du Massif Central ont quand même bénéficié de mes largesses  et j'ai bien voulu décrocher mon téléphone pour voler à leur secours !

C'est à mon tour incrédule que je vous livre récit de l'accueil qui me fut réservé. Voilà pas que Jean Romuald, non conscient de mon effort, refuse tout bonnement de me prendre en ligne ? prétextant à sa secrétaire qu'il était en réunion ! En réunion ! ...
Tsss Est-ce qu'on peut être en réunion quand j'appelle ? Je vous le demande ! Comble de ma patience, je daigne demander quelques précisions à la standardiste et je lui explique à mon tour que malgré leur mauvaise volonté je suis prête à daigner s'il le faut envoyer copie de ma proposition par email à Jean Romuald Dumoustier, Dugommier, ou quel que soit son nom !

J'envoie ma missive, en tout altruisme de bon aloi, prise de pitié par tant d'inconscience ! Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir par retour le texte suivant ! "Madame, il n'est pas utile que nous perdions notre temps, ni vous ni moi. Nous n'avons pas de besoin dans ce domaine, aussi, je ne suis pas intéressé par vos prestations !"
Non mais quel toupet !! M'envoyer ça à moi ! comme un uppercut dans la machoire d'un vulgaire pugiliste de bas quartiers ! Oser me parler sur ce ton, alors que, messagère ensoleillée, je lui proposais ni plus ni moins que la lumière, celle qui devait éclairer sa route vers le succès, lui rendant possible la mise en avant de ses minables produits par delà nos frontières !

Mais ces gens là ne connaissent pas leur bonheur ! Ils n'ont pas idée de la chance qui leur est donnée, de la main tendue vers leur souffrance !
Pour une fois, une seule, qu'une commerciale daignait pencher sa prospection sur leur désert de Gobi professionnel, prête malgré leur insondable  isolement à franchir les distances et à voler à leur secours en leur offrant l'opportunité même d'un rendez-vous sur place, là-haut sur la montagne ? !!
Et bien voilà l'ingratitude de Jean Romuald !! Je n'en reviens pas ! Pire, je n'irai pas les voir, et je ne les rappellerai plus.
JR, ta chance est passée, sache-le ! Il me vient d'ailleurs à l'esprit en pensant à toi, JR,  cette phrase Marseillaise et c'est là dessus que je te quitte : "Fais du bien à Bertrand, il te le rend en caguant..."

Oh que non, JR, tu connais pas ta chance !

D.


 

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à dommage

Vous devez être connecté pour ajouter dommage à vos amis

 
Créer un blog