Accueil Date de création : 04/07/07 Dernière mise à jour : 20/01/14 11:03 / 278 articles publiés

Allez !! revenez , quoi ....  (Mauvaises fois) posté le mercredi 06 mars 2013 16:08

Blog de dommage :DOMMAGE !, Allez !! revenez , quoi ....

« Il » pourrait revenir ! « Il » l’a dit, l’a confié, très gentiment (et gratuitement même parait-il) … à l’affreux hebdomadaire révolutionnaire voleurs actuels ».

 Il pourrait ! Mais il ne VEUT pas lui. Non, il n’en a pas envie !! IL pourrait, mais « s’il le fallait ». Lui il veut pas, mais il n’a pas le choix ! A cause de vous ! Pour sauver le pays !!

Parce que la France elle aurait besoin de lui !! C’est ça l’honneur et le sens du devoir ! C’est revenir même quand on veut pas, parce qu’il le faut, et pour sauver le pays. 

Et pourtant, c’était décidé, il arrêtait, on ne le reverrait plus (et c’était bien fait pour nous tiens !) Parti, fini. D’ailleurs il avait pris le large, il était parti loin, définitivement, au bout du monde. (Bon pas très loin des locaux du journal Le Monde en fait). Et il ne téléphonait que rarement à ses anciens compagnons de route (seulement 2 fois par jour à Brice Hortefeu, pour savoir ce qu’on disait de lui, jamais,  quoi pour ainsi dire). Il n’assistait que de très loin et de façon très détachée à la création de l’Association des amis de lui-même (une idée de lui-même, et, lui-même rédigeant les statuts). Bref, des Adieux, le vide ! Et puis, patatras ! Voilà qu’on le rappelle !! Et qu’il doit revenir en SAUVEUR !

 

Alors du coup je me suis dit tiens, c’est vrai, nous avons besoin de sauveurs, d’hommes (de femmes) providentiels !  Des gens qui changeraient la donne, et qui, à son image à lui, et chacun dans son domaine, pourraient, DEVRAIENT revenir, pour sauver la patrie !

C’est ainsi que Bernard Madoff pourrait revenir sauver la Finance, que Raymond Domenech aurait le devoir de revenir sauver l’Equipe de France, que BP serait bien avisé de revenir sauver l’écologie dans le Golfe du Mexique, que Francesco Schettino devrait revenir sauver l’honneur des marins, qu’il faudrait que Cindy Sander revienne sauver la chanson, que Richard Clayderman revienne sauver la Grande Musique, mais aussi que Gégé revienne sauver le fisc (et les bonnes manières) que Findus revienne sauver la gastronomie,  que Kim Jong Il serait bien avisé de revenir sauver la démocratie, et Edouard Balladur sauver l’humour, que Stevie Boulay serait tout à fait inspiré de revenir sauver la philosophie, Véronique Genest sauver l’Académie, Bernard-Henry Lévy sauver notre diplomatie, et pour le dire tout net, en un mot comme en cent, qu’Emile Louis n’a pas le choix, il doit revenir au plus vite, sauver l’enfance et l’adolescence.

Et puis tant qu’on y est, j’ose le dire, et pour finir, il est urgent de sauver le monde et l’univers ! Jésus reviens, Jésus reviens !


Dom

lien permanent

...Mais pas pour ça bande de cons ! (Indignez-vous !, tome 2)  (C'est plus possible !!) posté le jeudi 17 janvier 2013 17:37

Blog de dommage :DOMMAGE !, ...Mais pas pour ça bande de cons !  (Indignez-vous !, tome 2)



En 1973, des banques privées ont réussi à convaincre MM. Pompidou et Giscard D’Estaing, alors à la tête de l’Etat Français, d’arrêter d’émettre son argent public gratuitement pour aller plutôt l’emprunter avec des taux d’intérêts auprès de banques privées.

Il est 5 heures, ton réveil sonne, et une longue journée s’annonce. Il te faut réveiller les enfants, les habiller, prendre ta douche, te brosser les dents, aller faire garder le chien, et prendre la direction de la gare. Votre TGV part à 6H29.

La France, qui vivait le plein emploi à cette époque, à dû budgéter dans ses comptes les intérêts qu’elle devait désormais à ces banques privées, ce nouveau partenaire appelé « marchés financiers ». Dans le même temps, elle a subi un choc sans précédant de la part des pays producteurs de pétrole, qui se sont entendus entre eux, suite à des décisions prises à Washington, pour faire exploser le prix du pétrole brut.

5H40, il ne faut pas trainer. Un dernier coup d’œil aux sacs contenant sandwiches, boissons, téléphone portable, consoles de jeux, doudous pour le tout petit. Les banderoles sont prêtes, aux messages en rouge. Rouge vif, rouge sang, comme ta colère légitime, et celle des tiens. C’est un combat. C’est presque la guerre.

1976. La France vivait bien. Elle est maintenant en crise. La droite, propriétaire légitime du pouvoir, sent frémir un candidat locataire, la gauche,  qui hurle dans la rue contre un phénomène nouveau : le chômage. 1980 voit pour la dernière fois la France afficher un bilan équilibré, sans déficit. Le poids des intérêts grossit et prend un part importante. Il faudrait économiser. Mais on peut toujours emprunter à nouveau pour financer les déficits. Avec des intérêts. Les banques sont là, elles conseillent.

6H22. Ça se bouscule sur le quai. Curieux pour un Dimanche. C’est bon signe, vous serez nombreux dans ce combat noble et juste. Les enfants sont grognons. Ils sont excités. Mais Maman est là. Elle rasure, berce, et relit les slogans. Elle te sourit. Le train s’ébranle …

Dans les années 80, tout est sous contrôle. Le chômage a progressé en flèche. Il est devenu un phénomène de masse. C’était prévu. Lutter contre l’inflation, protéger la rente et les investissements. La contrepartie était le chômage de masse, mais on a choisi notre camp : les investisseurs. Il faut maintenant à tout prix convaincre les gouvernements de déréglementer tout ça. Il faut que la finance s’exprime. Il faut également réduire les impôts, le monde se mondialise, et les investisseurs n’aiment le rouge que lorsqu’il orne les tapis qui les accueillent.

Tu y es ! Comme des centaines de milliers d’autres, vous vous êtes rejoints en un cortège uni qui va bientôt défiler. La mobilisation est énorme. Vous êtes forts, vous êtes justes. Vous ne lâcherez rien. Les gosses sont fatigués. Vous n’avez même pas commencé à marcher. L’ambiance est festive, vous riez en lisant les pancartes. Tiens ce slogan, tu aurais aimé le trouver…

Années 90. La mode est à la « privatisation ». L’Etat est « mauvais gestionnaire ». Les sociétés privées veulent les marchés. Ils sont des « winners ». Le Management règne. La Ressource humaine est la clé. Le chômage est un fléau. La sécu est dans le rouge. La sécu c’est bien, en abuser, ça craint. Il va falloir tailler dans les dépenses, et faire … de la « pédagogie ».

Quelle ambiance ! Que de monde ! Vous êtes plus d’un million ! Deux peut être… On va voir ce qu’on va voir. Les médias vont relayer. Du coup, on aura ce qu’on veut. Le retrait de cette loi stupide et criminelle. Il y a des causes qui mobilisent, et qui méritent d’être hurlées dans la rue, car elles sont le fondement de nos libertés, notre avenir. Ne pas se battre serait renoncer, ce serait lâche. Mais quand ça compte vraiment, quand c’est une question de vie ou de mort. On est là. On y va. Non, non, non !...

Années 2000 et 2010. Ça Rigole plus ! Nos Etats sont en faillite. Les marchés nous surveillent. La dette est énorme, insurmontable. Les peuples ne sont pas raisonnables. Ils gaspillent l’argent public en frais de santé, en arrêts maladie, en allocations chômage. Du travail, quand on en veut… « Si quand on est malade, on est payé, ce n’est pas très responsabilisant ». D’ailleurs on le dit, on le répète sur toutes les chaines : « On vit au dessus de nos moyens ! » La Finance est débridée, c’est elle qui commande désormais. Elle va nous faire une ordonnance, et une sévère. 

17H30. Le cortège est en transe. Et pourquoi pas se marier avec des animaux aussi ? Ou se marier avec sa tante, pire, sa mère peut être !! De toutes façons, pour faire des enfants il faut 1 père + 1 mère, oui ou non ? Le plus tu y penses, le plus tu t’indignes.

La finance, les banques, les riches, les pauvres tout ça, tu n’y comprends rien. Et d'ailleurs tu ne veux pas savoir, ça fait mal à la tête. Et puis on n'y peut rien. Depuis des années, c’est annoncé. Et toi, tu vas devoir renoncer à tout. C’est normal. On n’a plus les moyens. Les retraites, la santé, l’école, la sécurité, les transports, tout ça se privatise, tout ça va disparaitre. Ton job ? Plus de job. En plus à 52 ans, personne ne va t'embaucher. c’est normal, c’est dans l’air tu temps. Et puis l ‘Etat est mauvais gestionnaire, c’est ce qu’on entend partout. Tu as entendu tout ça. Tu as éteint la radio, internet, tes amis illuminés qui t’énervent avec la finance. Tu vois tout ça disparaître. Tu préfères penser à autre chose. Non, tu ne bougeras pas. Tout ça c’est des bruits de bottes. Et toi tu préfères le silence des pantoufles.

Mais qu’on n’autorise pas des pédés à se marier. Ça non ! Parce que ça, tu ne laisseras pas faire. Quelle bonne journée. Tu as été utile, vous étiez des millions. Et vous reviendrez s’il le faut.

Il est 23H. Tu as bien mérité d’aller te coucher. Tu sais quoi ? Tu me fascines.



Dom

lien permanent

La vie est belle  (Mauvaises fois) posté le samedi 13 octobre 2012 09:51

Blog de dommage :DOMMAGE !, La vie est belle


Dans cet étrange contexte rendu si terriblement anxiogène par quelques individus aux intentions douteuses, il est parfois salutaire de trouver une épaule sur laquelle s'épancher, ou mieux encore une source d'espoir, la caresse apaisante d'une douce consolation, oserais-je dire la présence rassurante d'un grand frère bienveillant et positif.

A ce sujet, je ne peux que vous conseiller la voix suave et relaxante de David Pujadas, notre grand frère à tous, au journal de France 2. Il n'a pas son pareil pour nous rassurer, pauvres hères, sur la marche du monde, et nous remettre sur le droit chemin, réussissant à la perfection le subtil mélange de rappel à l'ordre ravivant les consciences et de promesses enchantées mobilisatrices.

"Allons allons petits canaillous, tout n'est pas si noir et nous en sortirons à l'aise, si vous commencez d'abord par vous sortir les doigts du ..." pourrait être son refrain s'il accompagnait le journal avec sa guitare (C'est peut être pour bientôt).

L'autre soir, j'ai eu pour une fois la curiosité de regarder France 2 à 20h. Notez que j'aurais pu regarder TF1, et je ne veux pas ici cacher leurs mérites. La seule différence c'est que Pujadas est coiffé différemment sur la une, c'est tout. Rassurez-vous, eux aussi sont gentils.

Donc, le journal commence par ce que l'on pourrait prendre pour une mauvaise nouvelle, la disparition de Technicolor et de ses XXX salariés. Mauvaise nouvelle ? Que nenni, rassurez-vous chez amis ! Pujadas entonne dès la fin de ce premier couplet son refrain. "Tout n'est pas si noir", dit-il. Et il enchaine sur le deuxième couplet et trouve L'ENTREPRISE... qui, telle un phénix, est née à nouveau de ses cendres : Arques. Arques, dit-il comme dans un conte de fées, qui après avoir cru à une mort certaine en perdant plus de 7000 emplois, a finalement revu le jour en sachant trouver de nouveaux horizons, et a réussi à maintenir ... 300 personnes ! Vous voyez, la vie est belle !

Le journal continue, et qu'apprend-on alors que nos aciéries meurent et avec elles l'espoir de ses salariés dans notre France ? Hein ? Qu'apprend-on ? Et bien Pujadas lui, va nous le dire, bande de truffes ! Mais oui, il faut savoir élever la voix parfois, pour le bien de celui qui écoute ! L'acier, oui, l'acier, celui qui ne trouve plus de débouchés chez nous, à cause de notre satané coût du travail .... renait aux Etats-Unis !!! Oui mes amis, eux relocalisent leurs industries, pas comme certains petits canaillous. Et grâce à quoi ? Mais grâce aux gaz de schiste !! Eux, pas bégueules pour deux dollars, ils les exploitent les gaz de schiste ! Et ça marche !! La preuve, cela crée des emplois, et permet aux entreprises d'être super compétitives... Grâce aux gaz de schiste.... Gràààààce aux gaz de schiste... gaz de schiste.... schiste....iste....      Français, La vie est belle (Gaz de schiste.....)

Mais, chers amis, s'il y a des espoirs, nous avons aussi des craintes : reportage suivant ! Et là David n'y va pas par quatre chemins, il faut qu'il nous dise quand même, attention, tenez-vous bien : La sécu déplore plus de 3 milliards de dépenses liées à notre surconsommation d'ambulances voilà c'est dit. Petits garnements ! Vous abusez peut être un tout petit peu de nos dépenses ! On ne se conduit pas très bien, c'est à dire tout seul par ses propres moyens en direction de l'hôpital... ! 3 milliards, 3 milliards... 3 milliards ......  Mais, rassurez-vous, la vie est belle !!

La preuve ? La finance ! Vous la croyiez méchante, cynique, assassine ? Erreur ! Reportage suivant ! Vous pouvez désormais chers amis investir dans une vache ! Mais oui ! La finance vous le permet désormais. Une vache, deux vaches, un troupeau s'il le faut. Maintenant la finance finance des vaches pour de gentils éleveurs. Retour sur investissement garanti. Et quoi de plus sympathique qu'une vache ? La finance, que vous croyiez mauvaise, est bonne, et sympathique ! La vie est belle !!

Et puis terminons sur une note réconfortante ! Oui chers téléspectateurs, la reconversion est possible, et ce, avec succès ! Regardez-moi ce frétillant conférencier, ancien Président d'une république de notre connaissance, qui donnait à New-York aujourd'hui son premier spect... enfin, sa première intervention en public. A New-York, en Français, devant un parterre médusés d'invités d'une grande banque Brésilienne, oui, c'est notre cher Nicolas qui reprend du service ! La vie est belle !! Il va revenir, il revient. Et surtout, pas d'affaire Betancourt pas de Karachi, pas de Kadhafi, pas d'affaire des sondages de l'Elysée à 10 millions d'euros, pas de Takkiédine, non, mais des CONFERENCES !

Sécurité enfin, tout va bien car on a relâché les (pseudos) violeurs présumés de la tournante des garages de la banlieue, mais MAIS ! Au moins, dormez tranquilles braves gens car l'ennemi public numéro 1, l'ignoble Nikola Karabatic, lui ne s'en sortira pas comme ça IL va payer pour ses crimes. Vous pouvez éteindre vos téléviseurs, n'allez pas, surtout, chercher l'information ailleurs, là où elle risquerait d'être, la vie est belle ! {#}


Dom.

lien permanent

Petit jeu d'économie libérale  (C'est plus possible !!) posté le lundi 16 juillet 2012 11:10

Blog de dommage :DOMMAGE !, Petit jeu d'économie libérale

C'est un jeu très rigolo. D'ailleurs la preuve,  le monde entier y joue tellement c'est marrant. Il suffit de privatiser les profits, et de publiciser les pertes !

Alors toi aussi, viens jouer avec moi ! {#}


Familiarisons-nous tout d'abord les cartes en présence.

- Nous avons en premier la carte "Etat-via-nos-impots". C'est une carte très importante, car c'est le joker. C'est la carte qui te sort de toutes les situations, et qui te permettra de gagner même si tu perds !
- Ensuite, la carte "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut". Cette carte est géniale, car c'est la plus puissante ! En gros, elle fait ce qu'elle veut, et a tous les droits.
- Il y a aussi la carte "Salarié-futur-chômeur". On peut la piocher quand on en a besoin, et selon le cours des événements, le but est de s'en débarrasser le plus vite possible. Tu verras, c'est très marrant.
- Enfin, la carte la plus maligne, celle qui tire les ficelles, mais aussi les marrons du feu. C'est la carte "Actionnaire-planqué-en-Suisse-qui paie-pas-d-impots" !
- A noter, parfois intervient aussi une carte sans importance appelée "Le-con-de-client".


Quelques exemples avant de commencer la partie ? Tu verras, c'est très simple.

A - Prenons une "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" dans le domaine de la distribution de vêtements bon marché... Par exemple appelons la "Pimkiki". Cette entreprise gagne un argent fou ! C'est super, même que son "Actionnaire-planqué -en-Suisse-qui paie-pas-d-impots" est très content, il gagne plein de soussous ! Pour cela, il exige de ses "Salariés-futur-chômeurs" une totale flexibilité. Sur les horaires, les tâches et les missions. Dans le même temps, grâce à sa carte "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut", il les paye le moins possible, au taux horaire SMIC (Une carte chance). Du coup, les "Salariés-futur-chômeurs" qui sont souvent à temps partiel finissent le mois le 12 ! Mais ils continuent à travailler jusqu'au 31, pas d'inquiétude. Par contre, ils ne peuvent pas payer leur loyer tous seuls. Ils font donc appel à l'A.P.L, une carte "Etat-via-nos-impots". Du coup, l'"Actionnaire-planqué -en-Suisse-qui paie-pas-d-impots" est content, il n'a pas besoin d'ajouter d'argent pour ses "Salariés-futur-chômeurs", il n'a plus qu'à recevoir ses gras dividendes, vu que l' "Etat-via-nos-impots" paie la différence ! Chouette non ?

B - Autre exemple de partie intéressante : le jeu de l'Or gris. Il suffit de jouer avec des vieux ! Prenons une "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" et appelons-la au hasard "Koriace". Le groupe Koriace sait qu'il y a de plus en plus de vieux. C'est super ! On peut entasser des vieux dans des bâtiments et les transformer en "Cons-de-clients". Le vieux est pratique, car il prolifère, il bouge très peu, et les familles ne demandent qu'à s'en débarrasser. Koriace les met donc dans des maisons de retraite. Pour cela, il sollicite sa carte "Etat-via-nos-impots" ! Il demande des subventions à l'ANAH (Agence nationale pour l'habitat) et surtout à l'ARS (Agence Régionale de Santé). L'ARS lui donne de quoi embaucher des infirmières et du personnel de santé. C'est sympa cette carte "Etat-via-nos-impots" quand même. Mais attention, elle finance au minimum. Alors, Koriace devrait prendre sur ses deniers pour embaucher plus d'infirmières...? ... Mais non. Du coup il faut que les "Salariés-futur-chômeurs" travaillent plus et s'occupent moins des "cons-de-clients"... Il faut "rationaliser" : 8 biscottes par semaine (2 le Dimanche), 9 minutes de soins par jour, 3 couches et 1/2 par mois et 1 infirmière pour 300 "Cons-de-clients". Mais parfois le "Salarié-futur-chômeur" en fait trop, il ramasse la biscotte qui est tombée du côté beurré. Quel con ! Du coup Koriace est obligé de le virer ! Par contre, à ce stade, ça ne suffit pas encore à faire de l'or gris. Il faut que le "con-de-client" ou sa famille raque un maximum, afin que les "Actionnaires-planqués-en-Suisse-qui-paient-pas-d-impots" soient contents. Les "cons-de-clients" n'ont qu'à tirer une carte "Etat-via-nos-impots" appelée Sécu pour limiter les dégâts.

C - Le jeu de la banque. C'est un des plus marrants, vous allez voir ! La Banque a sa carte "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" ! Les banques ont même un privilège au jeu, car elles sont les seules à posséder la carte "Grande-Manitou-qui-fait-la-loi-dans-le-monde" ! Du coup c'est encore plus simple. La Banque Centrale (Soutenue par "l' Etat-via-nos-impots")  lui prête des milliards à des taux tous petits petits ! Après, elle les re-prête à des taux hallucinants au "Con-de-client" qui veut acheter sa maison. Parfois, "le con-de-client" est un "Salarié-futur-chômeur" qui perd son emploi. Du coup, il ne peut plus payer sa maison. Alors la Banque avec sa carte "Grande-Manitou-qui-fait-la-loi-dans-le-monde" met la maison aux enchères, à un prix ridicule !  Par contre, elle n'informe pas les gens. Elle informe juste une autre "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" de l'heure et l'adresse de la vente aux enchères. Comme ça, c'est la "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" qui rachète la maison pour une bouchée de pain ! Pour la revendre ensuite au prix normal du marché ! Bingo !!! Et vous savez quoi ?? la "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" qui a racheté la maison pour la revendre est .... une filiale de la Banque !!! Bingo-Bingo ! Par contre attention, le "Con-de-client" doit continuer à payer son crédit toute sa vie hein ! Parce que la maison a été rachetée seulement pour une bouchée de pain et ça ne suffit pas à rembourser le crédit !  Et puis parfois, la Banque se retrouve en danger parce qu'elle a joué avec l'argent à des jeux stupides ! C'est bête hein ?... Mais non mais non. Elle tire alors à nouveau sa carte "Etat-via-nos-impots" qui lui vient immédiatement en aide. Voilà voilà .... C'est marrant ce jeu hein.

D - Bon allez, dernier exemple ! Une "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" construit des voitures. Appelons-la Pijot.
Pijot, pour que les "Cons-de-Clients" achètent des voitures chères, exige  une carte "Etat-via-nos-impôts" avec des Primes à la casse, des subventions, des exonérations de charges, du chantage à l'emploi. Comme ça, les ventes repartent et les "Actionnaires-planqués-en-Suisse-qui-paient-pas-d-impots" sont contents, ils s'en mettent plein les fouilles. Puis une crise intervient, et la "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" doit faire de la stratégie, afin de préserver sa carte "Actionnaire-planqué-en-Suisse-qui-paie-pas-d-impots". Qu'à cela ne tienne ! elle n'a qu'à virer en masse des milliers de "Salariés-futur-chômeurs" qui seront pris en charge par la carte "Etat-via-nos-impots" sous forme d'allocations chômage. Ensuite, pour faire repartir ses ventes, la "Grande-société-privée-qui-fait-ce-qu-elle-veut" tire une nouvelle carte "Etats-via-nos-impots" pour obtenir de nouvelles aides afin que les "cons-de-clients" reviennent acheter des voiture pour continuer à verser des dividendes aux "Actionnaires-planqués-en-Suisse-qui-paient-pas-d-impots" ! Comprenez-vous ?

Voilà, c'est un jeu très simple. Les gains sont privés, et les pertes sont publiques ! Si tu as les bonnes cartes tu gagnes {#} . Sinon tu perds {#}.... C'est ballot.

Alors, tu veux jouer avec moi ?? {#}

 

Dom

lien permanent

Les GG et moi !  (C'est plus possible !!) posté le samedi 16 juin 2012 12:43


 

A la demande générale (d'au moins deux personnes)... voici mon mythique passage dans les Grandes Gueules de RMC.

Mémorable... ou pas !  {#}

 

Dom

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à dommage

Vous devez être connecté pour ajouter dommage à vos amis

 
Créer un blog